Sélectionner une page

Lors de son récent voyage au Brésil, le pape Benoit XVI a renouvelé, entre autres, sa condamnation de la théologie de la libération. Le site catholique réformateur Jonas publie en regard une lettre ouverte d’un prêtre missionnaire québécois en Amérique Latine depuis 45 ans. Celui-ci-ci reproche à Benoit XVI de ne pas vraiment connaître ce dont il parle : « La théologie de la libération, ce n’est pas une doctrine, une théorie. C’est une manière de vivre l’Evangile dans la proximité et la solidarité avec les personnes exclues, appauvries ».
Témoins, association chrétienne interconfessionnelle, n’est pas appelée à s’engager dans le déroulement des conflits internes à telle Eglise. Simplement, dans sa recherche, elle s’inscrit dans une ecclésiologie ouverte inspirée du Nouveau Testament et se trouve ainsi en phase avec l’historien Jean Delumeau lorsqu’il déclare, dans un livre récent, qu’il est nécessaire « de libérer la parole des fidèles, de remplacer par une organisation souple et décentralisée un pouvoir conçu sur le modèle de la monarchie absolue d’Ancien Régime qui n’a pas de justification théologique et qui n‘est plus en phase avec la société actuelle » (1).
Nous publions ici des extraits de la lettre de Claude Lacaille relatifs à son itinéraire de vie en Amérique latine (2). « Cette manière de vivre l’Evangile dans la proximité, la solidarité avec les personnes exclues et appauvries », nous paraît un témoignage particulièrement émouvant.

(1) Delumeau (Jean) . Guetter l’aurore. Un christianisme pour demain. Grasset, 2003 (p.25).
(2) On trouvera l’intégralité du texte sur le site de Jonas (http://groupes-jonas.com/neojonas/). Merci pour l’accord qui nous a été donné de reproduire les extraits suivants.

Extraits de la lettre de Claude Lacaille :

… Je suis prêtre missionnaire québécois depuis 45 ans; je me suis engagé avec enthousiasme au service du Seigneur à l’ouverture du Concile œcuménique de Vatican Il. J’ai été amené à un travail de proximité dans des milieux particulièrement pauvres : dans le quartier Bolosse à Port-au-Prince sous François Duvalier, puis parmi les Quichuas en Equateur et enfin dans un quartier ouvrier de Santiago au Chili durant la dictature de Pinochet.

À la lecture de l’Évangile de Jésus durant mes études secondaires, j’ai été impressionné par la foule des pauvres et des éclopés de la vie dont s’entourait Jésus, alors que les nombreux prêtres qui nous accompagnaient dans ce collège catholique ne nous parlaient que de morale sexuelle. J’avais 15 ans.

La Théologie de la libération, ce n’est pas une doctrine, une théorie ; c’est une manière de vivre l’Évangile dans la proximité et la solidarité avec les personnes exclues, appauvries.
Nous sommes des dizaines de milliers de laïcs, de religieuses, religieux, prêtres venus de partout à avoir suivi le même chemin. Être disciple de Jésus, c’est l’imiter, le suivre, agir comme il a agi.

J’ai vécu la dictature de Pinochet au Chili dans une Église vaillamment guidée par un pasteur exceptionnel, le Cardinal Raul Silva Henriquez. Sous sa gouverne, nous avons accompagné un peuple épouvanté, terrorisé par des militaires fascistes catholiques qui prétendaient défendre la civilisation chrétienne occidentale en torturant, en séquestrant, en faisant disparaître et en assassinant. J’ai vécu ces années dans un quartier populaire particulièrement touché par la répression, la Bandera. Oui, j’ai caché des gens, oui j’en ai aidé à fuir le pays, oui j’ai aidé les gens à sauver leur peau, oui j’ai participé à des grèves de la faim. J’ai aussi consacré ces années à lire la bible avec les gens des quartiers populaires : des centaines de personnes ont découvert la Parole de Dieu et cela leur a permis de faire face à l’oppression avec foi et courage, convaincu que Dieu les accompagnait. J’ai organisé des soupes populaires et des ateliers artisanaux pour permettre à des ex-prisonniers politiques de retrouver leur place dans la société. J’ai recueilli les corps assassinés à la morgue et je leur ai donné une sépulture digne d’êtres humains. J’ai promu et défendu les droits de la personne au risque de mon intégrité physique et de ma vie. Oui, la plupart des victimes de la dictature étaient des marxistes et nous nous sommes faits proches parce qu’ils et elles étaient nos semblables. Et nous avons chanté et espéré ensemble la fin de cette ignominie. Nous avons rêvé ensemble de liberté ?

Je rentre du Chili où j’ai revu mes amis du quartier après 25 ans; ils étaient 70 à m’accueillir en janvier. Ils m’ont accueilli fraternellement en me disant: « Tu as vécu avec nous, comme nous, tu nous as accompagné durant les pires années de notre histoire. Tu as été solidaire et tu nous as aimé. C’est pourquoi nous t’aimons tant ! Et ces mêmes travailleurs et travailleuse me disaient : nous avons été abandonnés par notre Église. Les prêtres sont retournés dans leurs temples ; ils ne partagent plus avec nous, ne vivent plus parmi nous.

Au Brésil, c’est la même réalité : durant 25 ans, on a remplacé un épiscopat engagé auprès des paysans sans terres, des pauvres dans les favelas des grandes villes par des évêques conservateurs qui ont combattu et rejeté les milliers de communautés de base, où la foi se vivait au ras de la vie concrète. Tout cela a provoqué un vide immense que les Eglises évangéliques et pentecôtistes ont comblé: elles sont restées au milieu du peuple et c’est par centaine de milliers que les catholiques passent à ces communautés.

Toute la communauté ecclésiale est animée par l’Esprit de Jésus. C’est sur l’amour que nous serons jugés.

Fraternellement.
Claude Lacaille. Trois-Rivières

Nous remercions le site de Jonas pour son autorisation de publication et nous renvoyons à ce site pour un accès au texte intégral (http://groupes-jonas.com/neojonas/)

Share This
ANCIEN SITE